Notre histoire  

La Poudrière (poudriHair)

 

Pour comprendre comment est né ce lieu au coeur de la Krutenau, il faut comprendre qui se cache derrière.

 

Lucie-Carmela 

Trentenaire, jeune maman et profondément écolo.

 

Elle a commencé le métier de coiffeuse en 2005, après le collège.

Au début elle s’oriente dans cette voie par défaut. Mais très rapidement elle découvre lors d’un voyage à Londres : la Vidal Sassoon Academy, et ce fût la révélation. En 2007, voyant qu’il n’existe aucune Vidal Sassoon Academy en France et constatant que l’univers de la coiffure française ne représente aucunes de ses valeurs, elle décide de se former dans une école artistique: l’Atelier du Griffon, à Lyon. Elle y apprend le maquillage, la coiffure historique, l’implantation de perruque ainsi que les prothèses FX. Elle se révèle parmi les artistes, trouve son chemin, se fait de l’expérience. Mais ce milieu clos est difficile à percer alors elle cherche un petit boulot en parallèle. Et c’est par hasard que son chemin croise celui de Christo B, un disciple de Vidal Sassoon*, en plein coeur de Lyon. Elle passera 4 ans avec lui et son équipe d’enfer. Elle y apprendra les techniques de Sassoon, puis transmettra ce savoir via l’académie Christo B en tant que formatrice. 

Bien que professionnellement épanouie, elle décide, en 2013, de tout quitter pour se faire une expérience outre-Atlantique à Montréal. Où elle sera manager d’équipe d’un salon REDKENMême si cette expérience était merveilleuse, REDKEN est une marque issue de la pétrochimie et est de ce fait, très polluante et nocive pour la santé humaine et animale. Devoir laisser tous les matins ses convictions à la porte de son travail, cela n’est plus possible. 

 

En 2015, Lucie-Carmela arrête la coiffure pour se reconvertir dans le design intérieur et ouvre son entreprise de design local et eco-responsable. Mais la coiffure lui manque, alors elle cherche à reprendre les ciseaux. Elle travaille dans un salon à Schiltigheim où elle découvre Marcapar, mais la COVID vient ébranler cette aventure. Elle travaille ensuite dans plusieurs salons de coiffure strasbourgeois qui se disent naturels sans l’être vraiment ou qui ont une vision trop éloignée de la sienne. De nouveau forcée à mettre ses convictions de côté, elle ne veut plus faire de compromis, ni de greenwashing et quitte ces aventures pour créer la sienne.

 

DSC08746.JPG

Que faire maintenant ?

« Et si je créais un endroit qui me correspond, où tout sera 100% naturels, bon pour l’Homme et l’environnement, tendant au maximum vers le zéro déchets? Un endroit qui serait lavé et nettoyé avec ce même respect. Un endroit où je pourrais chouchouter mes clients, travailler la technique de coupes architecturales qui m’est si chère, où je pourrais m’exprimer grâce aux poudres tinctoriales de Marcapar*. Un endroit où l’on respecte les goûts de chacun sans imposer le dictat de la mode. »

 

Et voilà, La Poudrière a commencé a germer. 

 

Jean-Jérôme

 

Trentenaire, jeune papa et convaincu par le concept.

 

Après des études en marketing, il se spécialise en B to B au Québec, où il travaille pour une entreprise qui aide les start-up françaises à s’implanter au Canada. Maintenant il travaille outre-Rhin.

Il gravite autour de La Poudrière, apportant son aide pour développer La Poudrière et trouver de nouveaux partenaires. C’est un homme de l’ombre.

 

« Car derrière chaque grande femme, se cache un homme » Non? Ce n’est pas ça la citation? 

DSC08700.JPG

Pourquoi La Poudrière ?

 

Nous avons d’abord imaginé l’aménagement du lieu car nous voulions mettre en avant les poudres de plantes tinctoriales. Ensuite nous voulions un nom qui représente le lieu sans mettre en avant une personne. Pour finir, nous avions l’envie de faire un clin d’oeil à nos confrères, avec un petit jeu de mots en deuxième lecture. La Poudrière (Poudrihair) synthétise parfaitement toutes ces envies.

 

Ce qu’il faut savoir, c’est que ce lieu a été imaginés avec nos sens.

-D’abord l’odorat. Eveillé par l’odeur des plantes tinctoriales telles que le curcuma, ou l’indigotier qui mijotent à feu doux pour créer des nuances uniques et un soin sans pareil pour vos cheveux.

-Puis la vue. Tous ces bocaux en verre remplis de poudres aux couleurs chaudes créant ainsi un camaïeu de jaune au brun.

-Vient le toucher. Cette sensation de bien-être que l’on ressent lorsqu’on sent la chaleur du cataplasme sur le cuir chevelu.

-Puis l’ouïe. Un sens sensible, un peu trop pour certain. Ici, vous serez dans une ambiance calme et feutrée où vous pourrez vous détendre.

 

Et enfin, pas le moindre, le goût, nous attendons avec impatience que le gouvernement nous autorise de nouveau à vous offrir un bon café local et des gourmandises d’artisans strasbourgeois. 

DSC08701.JPG

Nos convictions

A La Poudrière, Nous sommes persuadés que nous pouvons prendre soin de vous, de votre image sans dévaster notre écosystème et notre santé.

 

Nous pensons que les solutions se trouvent dans la nature, dans le "consommer moins mais mieux" et dans le respect. Le respect du vivant mais aussi dans le respect de votre nature de cheveux et de vos envies. Nous sommes là pour sublimer votre naturel, sans coller au dictat de la mode, sans vous imposer « un beau », peu importe votre nature de cheveux, bouclés ou très raides, nous saurons le valoriser. Notre engagement pour être coiffeur solidaire, est une valeur à laquelle nous sommes très attachés. Nous vous invitions à voir notre post ici pour mieux comprendre.

 

A La Poudrière, nous ne sommes pas des coiffeurs, mais des coupeurs. La Poudrière est un salon de coiffure naturel, à Strasbourg, en plein Krutenau, où nous proposons des colorations végétales 100% naturelles et des coupes qui se coiffent facilement, sans efforts et qui vieillissent bien dans le temps, longue tenue. La Poudrière est votre lieu, où vous pourrez aussi découvrir des artistes de notre région, des produits fait mains et plein d’autres surprises.

 

Maintenant, si tout cela suscite en vous de la curiosité, venez nous découvrir au 7 rue Jacques Peirotes et nous saurons sublimer votre naturel.